#51 Témoins, lancez l’alerte (PDF)

#51 Témoins, lancez l’alerte (PDF)

3,00

#51 Face à la loi du silence. Témoins, lancez l’alerte.
[Novembre/Décembre 2014, 80 pages]

Chaque semaine, 1200 Génépistes franchissent
les portes de 80 établissements pénitentiaires.
Chaque semaine, également, cette entrée dans
les lieux d’enfermement est interrogée et remise en
cause : nos interventions ne contribuent-elles pas à donner
un visage humain à ce qui ne l’est pas ? Ne cautionnons-
nous pas malgré nous nombre de pratiques pénitentiaires
qui nous révoltent ?
Notre intervention en détention ne peut trouver
du sens que lorsqu’elle est replacée dans la perspective
qui la sous-tend : le décloisonnement des institutions
carcérales. L’action qui est la nôtre n’a pas de visée
humanitaire ou caritative. Elle est un acte politique,
celui de citoyens qui refusent que d’autres citoyens
soient enfermés loin du regard de la société civile.
Le contrôle exercé sur le fonctionnement pénitentiaire
tient d’abord de la capacité d’une institution
par définition fermée à admettre en son sein l’entrée de
la société civile. Il tient ensuite de la volonté de la
société à se saisir de ces questions brûlantes. Franchir
les murs d’un établissement est en la matière un premier
pas, nécessaire mais encore insuffisant.
Le lien dedans-dehors ne peut en effet se comprendre
comme un mouvement unilatéral de l’extérieur
des murs vers l’intérieur. Il doit également prendre la
forme de la diffusion active de l’information collectée à
l’intérieur auprès d’une société qui préfère souvent
détourner les yeux.
Un travail d ’interpellation de l’opinion
publique doit donc être réalisé. L a prison est
aujourd’hui la grande absente du débat de société : elle
n’est abordée qu’indirectement, à l’occasion de faits
divers sordides qui mettent chacun en émoi. Nous plaidons
au contraire pour la tenue d’une réflexion à tête
froide sur la place de l’enfermement.

Catégorie :