#17 Prisons d’Amériques : modèle ou repoussoir ? (PDF)

#17 Prisons d’Amériques : modèle ou repoussoir ? (PDF)

2,00

Mars-Avril 2009 / 56 pages

Les États-Unis, l’Amérique pour reprendre l’abus de langage courant, sert bien souvent de modèle à suivre pour le reste du monde et en particulier pour « la vieille Europe ». Le champ de la justice n’échappe pas à cette règle. Ils ont, les premiers, déclaré la guerre à la petite délinquance urbaine, proclamé le règne de la tolérance zéro, pris ce virage sécuritaire profond affirmant avec la « théorie du carreau cassé » que les incivilités, les petits vols, la mendicité, la prostitution, la consommation de drogue, etc. portent en germe la criminalité, la violence, le viol et l’assassinat. Ils ont alors déclaré le récidiviste ennemi public, voté la loi dite des three strikes condamnant à perpétuité tout délinquant en seconde récidive, et, ainsi, ont rempli leurs prisons jusqu’à l’absurde avec plus de deux millions de personnes incarcérées en 2008.
Cette évolution, pourtant sans prises démontrées sur la criminalité – l’évolution carcérale des États-Unis est de manière flagrante découplée de l’évolution des faits de délinquance constatés – est assez largement copiée. Elle
a en effet largement fait la notoriété d’hommes tels que Rudolph Giuliani, ancien maire de New York et chantre de la tolérance zéro, dont la politique ultra-sécuritaire a abouti à une diminution de la délinquance sous son mandat, du même ordre que celle observée dans les autres cités américaines.

Catégorie :