Single Blog Title

This is a single blog caption
30/06/2018. Tract

Marche des Fiertés 2018

Le Genepi est une association militante oeuvrant pour le décloisonnement du milieu carcéral par la circulation des savoirs entre les bénévoles, les personnes incarcérées et le public extérieur. L’association participe à la Marche des Fiertés pour soutenir les luttes contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie à l’intérieur des murs.

À ce titre, le Genepi porte plusieurs revendications :

• l’interdiction de poursuivre disciplinairement ou pénalement la sexualité en parloir et en détention.

• la généralisation d’espaces d’intimité au sein des établissements pénitentiaires (salons familiaux et unités de vie familiale) Ces dispositifs sont indispensables pour réduire l’effet délétère de l’incarcération sur la vie sexuelle.

• l’arrêt des fouilles à nu systématiques. En effet, ces pratiques portent gravement atteinte à la dignité des personnes détenues. De même, il est nécessaire d’instaurer un régime de fouille adapté pour les personnes transgenres.

• l’amélioration de l’accès aux soins pour les personnes atteintes du VIH et des hépatites. En termes de prévention des risques, le Genepi déplore l’absence d’un programme d’échanges de seringues.

• Une réponse rapide et adaptée des pouvoirs publics sur l’incarcération des personnes transgenres : accès effectif aux soins et à un suivi individualisé, encellulement individuel sur demande, affectation dans le quartier adapté à l’identité de genre, soutien aux associations intervenant auprès des personnes transgenres.

• l’accès à la pornographie et aux préservatifs féminins dans les quartiers femmes, au même titre que dans les quartiers hommes. Le Genepi se positionne en faveur d’un élargissement des offres des cantines à destination des femmes (protections périodiques, sextoys, vêtements).

• la formation du personnel pénitentiaire, en formation initiale et en formation continue aux questions de genre et de sexualité.

Le Genepi dénonce la peine de privation sexuelle induite par l’enfermement.

Il affirme également qu’une meilleure protection des personnes LGBTqi+ lors de leur incarcération est nécessaire.

La prison reproduit des conceptions normatives et contraignantes du genre qu’elle impose aux personnes détenues.
La lutte pour une société respectueuse et inclusive doit aussi se mener à l’intérieur des murs.