Single Blog Title

This is a single blog caption
06/2018. Communiqué de l'ONG Confluences

Les Baumettes, une situation désastreuse

Nous partageons ce communiqué de presse daté du 19 juin 2018, proposé par l’ONG Confluences, pour la promotion et la défense des droits humains. Le Genepi Marseille est intervenu cette année aux Baumettes, et confirme la violence que constitue cet endroit. 

 

Centre Pénitentiaire de Marseille
Des transferts « à l’arrache » et Baumettes 2 au bord de l’explosion !

 

C’était prévisible. La date butoir du 18 juin 2018 pour vider les Baumettes historiques, annoncée par Guillaume Piney, le directeur du Centre Pénitentiaire de Marseille, n’a pas été tenue. Il reste actuellement près de 200 personnes condamnées dans le dernier bâtiment des Baumettes historiques… faute de preneurs et d’anticipation ! Car il ne suffit pas de « mettre la pression » pour que, miraculeusement, des places se libèrent dans les prisons déjà surbookées de la région PACA, y compris dans les nouvelles de Draguignan et de Luynes, qui affichent déjà complet à peine ouvertes.
Le compte à rebours pour vider les Baumettes historiques avait effectivement commencé, mais seulement début avril, avec le déménagement des occupants du bâtiment A…vers le bâtiment B ! Puis, vers mi-avril, un vent de panique s’est abattu sur les détenus. Les premiers transferts groupés -des convois de 30 prisonniers environ – commençaient. Direction : Draguignan, Tarascon, Salon-de-Provence, puis Luynes, puis Draguignan, puis…Les Baumettes 2 -dédiées jusque là aux personnes prévenues- où, en désespoir de cause, un étage des bâtiments QH1 et QH2 ont été vidés pour y placer des personnes condamnées!
Les deux Quartiers Hommes des Baumettes 2 qui ne désemplissent pas depuis leur ouverture en mai 2017, vont donc devoir aussi supporter des occupants supplémentaires. On imagine déjà les tensions et le matelas au sol qui se profile à l’horizon. Déjà, la grogne des surveillants-chefs de Baumettes 2 se fait entendre ! Au 1er mai 2018, le Centre Pénitentiaire de Marseille affichait un taux d’occupation de 145,4% -environs 1200 personnes détenues pour une capacité de 782 places déclarées.
Les détenus sont informés de leur déplacement quelques jours avant, au moment où un surveillant leur apporte des cartons dans leurs cellule avec injonction de préparer le paquetage pour le jour « j ». On ne leur laisse évidemment pas le choix de la destination et tant pis si leurs familles doivent traverser la région pour les visites ! Voire pire : des personnes qui devaient passer devant la Commission d’Aménagement des Peines de juin pour une possible libération conditionnelle ont tout de même été transférées, moins d’une semaine avant.
Idem pour des jeunes en fin de peine, à qui il ne restait que 2 mois ou même 20 jours de prison à effectuer ! Ils sont pourtant éligible au Quartier de Préparation à la Sortie dont l’ouverture est imminente dans l’ancien Quartier des Femmes. Bref, une vraie loterie de numéros d’écrous orchestrée par deux directrices adjointes, sans aucune coordination avec les conseillers SPIP, pourtant à même d’indiquer la situation pénale de chaque personne détenues. Seul souci : «faire vite pour tenir les délais ! ».
Quant aux familles des personnes détenues, elles sont tout simplement mises devant le fait accompli, lorsqu’elle viennent aux Baumettes pour un parloir. Elles découvrent en effet avec stupéfaction que leur parent a été transféré. Personne ne se donne la peine de leur indiquer où ! Les hôtesses de l’Accueil Famille, dont c’est pourtant le travail, n’ont reçu aucune consigne dans ce sens et l’une d’elle explique même benoîtement : « c’est au détenu d’informer sa famille par téléphone ».
Bref, comme lors de l’ouverture précipitée des Baumettes 2 en mai 2017, l’administration pénitentiaire du Centre Pénitentiaire de Marseille brille par le manque de coordination de ses services et par le mépris dont elle fait preuve envers les « personnes placées sous main de justice » et leurs familles.
Résultat de ce manque de planification : la date de la fermeture des Baumettes historiques a été repoussée au 28 juin prochain. Et vu le flot de personnes détenues qui continuera de se déverser aux Baumettes 2, il faut s’attendre à une situation estivale explosive !

 

confluences.marseille@gmail.com / +33 6 88 02 13 53

Lisez aussi le rapport de l’ONG sur l’état de cette prison, en proie à de multiples problèmes, qui affectent d’abord la santé et l’état moral des personnes détenues.

Photo : Cellule de confinement de la maison d’arrêt des hommes – ©Grégoire Korganow, série réalisée pour le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (2012)