Single Blog Title

This is a single blog caption
Le Genepi soutient

La sortie de « Après l’ombre » de Stéphane Mercurio

Le Genepi est fier d’apporter son entier soutien au nouveau film de la talentueuse et engagée Stéphane Mercurio, réalisatrice de À côté (2008), À l’ombre de la République (2011), Une si longue peine (2017).

Le long-métrage documentaire Après l’ombre sortira en salle le 28 mars 2018.

Synopsis

Une longue peine, comment ça se raconte ? C’est étrange ce mot qui signifie punition et chagrin en même temps. Ainsi s’exprime Didier Ruiz lorsqu’il entreprend la mise en scène de son dernier spectacle monté avec d’anciens détenus de longue peine. Dans le temps suspendu des répétitions on voit se transformer tous ces hommes – le metteur en scène y compris. Le film raconte la prison, la façon dont elle grave dans les chairs des marques indélébiles et invisibles. Il saisit le travail rigoureux d’un metteur en scène avec ces comédiens « extraordinaires ».Et surtout il raconte un voyage, celui qui va permettre à cette parole inconcevable de jaillir de l’ombre pour traverser les murs.

« Pour le Genepi, le film Après l’ombre représente une œuvre d’art utile à l’Information et à la Sensibilisation du Public (ISP), l’un de nos trois piliers associatifs. Le film doit être vu et doit circuler, parce qu’il va à l’encontre des stéréotypes puissants qui entourent encore le monde carcéral (la prison-vacances), légitimés par l’égale puissance des réseaux sociaux, où il est permis de tout écrire, de tout exprimer, sans fondement. Sur la scène de théâtre, c’est un collectif, et des individu.e.s, qui parlent. Alain, André, Annette, Eric, Louis. On entend alors le sens de la vérité sur la prison, c’est-à-dire le non-sens de la (longue) peine. Après l’ombre s’inscrit dans la lutte. L’image et le mot sont politiques : une remise en cause absolue du tout-carcéral, d’une vie de prison, rongée par l’administration, la cellule, l’ennui et la colère, la frustration du parloir, la douleur. La violence de chaque instant, pris dans la machine judiciaire-carcérale.Une peine de mort sociale, comme nous l’appelons au Genepi. On ne sort pas d’une longue peine de prison comme l’on sort d’une longue nuit de cauchemars : on n’en sort pas, ou pas vraiment. La prison, si elle n’est pas prête de disparaître – étant donné le tournant sécuritaire que nous connaissons aujourd’hui en France -, doit au moins être vue, entendue, rendue réelle, telle qu’elle existe et prive des êtres de leur être. C’est pour cela que le Genepi soutient la sortie en salles du film Après l’ombre. »

Retrouvez plus d’informations, les dates des avant-premières et la bande-annonce sur le site consacré au film.