Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

Le Genepi est une association estudiantine qui milite pour le décloisonnement des institutions carcérales par la circulation des savoirs et des témoignages entre les personnes enfermées, les bénévoles et la société civile. Cet engagement va de pair avec une conscience militante des enjeux politiques liés aux différents lieux d’enfermement. Chaque année, des centaines de bénévoles du Genepi écartent les barreaux de la prison pour recréer des liens entre la société et les personnes incarcérées.
L’association s’articule autour de 3 piliers entremêlés : l’Information et la sensibilisation du public (ISP), la Réflexion et formation, l’Action en détention (AD). À cela, s’ajoute une vie associative interne très riche et constructive en matière politique et militante. Puisque nous existons depuis mai 1976, depuis plus de 40 ans, l’association a connu un certain nombre d’évolutions de sa pensée et de son action, qui sont toutes inscrites dans les Prises de Position du Genepi.

Le changement de nom du Genepi

GENEPI, Genepi, génépi : quelles différences ?

Lors de l’Assemblée Générale de 2014, les membres présent.e.s ont souhaité faire évoluer l’identité de l’association. Initialement intitulé GENEPI (Groupement Étudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées), le groupement s’appelle désormais Genepi, et l’acronyme disparait. Il s’agissait de ne pas restreindre les actions de l’association aux seuls ateliers en détention, et le terme d’ « enseignement » ne correspondait plus aux activités que nous voulions proposer au sein des lieux d’enfermement. Par ailleurs, la diversité des lieux d’intervention du Genepi n’était pas recouverte par le vocable de « personnes incarcérées ».Les autres termes étaient également sujets à débat. Ainsi, dans un souci de mixité sociale renouvelé, l’identité étudiante ne constitue plus une condition sine qua non d’adhésion à l’association. Le génépi, quant à lui, est le nom commun d’une plante de montagne (famille des Astéracées), qui donne son nom à une liqueur bien connue des Alpins.

Nos partenaires associatifs

Le Genepi s’associe largement aux organisations qui, comme elle, lutte pour la sensibilisation des publics aux conditions carcérales, pour le respect des droits des personnes détenues, pour la publication de témoignages venus de l’intérieur des prisons. Plusieurs groupes de travail, d’analyse et d’action, se sont ainsi crées au fil des années. Cela permet de créer de la synergie dans les luttes et les connaissances du monde prison-justice, et de porter une voix plus forte et plus légitime.

Le GNCP Groupe National de Concertation Prison, réunit depuis une dizaine d’années les représentant.e.s d’associations et des aumôneries de prison, afin d’échanger sur un certain nombre de préoccupations communes autour de l’univers carcéral. Chaque année, sont organisées les JNP, Journées Nationales Prison, qui ont pour objectif de sensibiliser les publics aux conditions carcérales, par divers formats de communication.

Le GMP Groupe Multiprofessionnel Prisons constitue, depuis 1974, un lieu d’échanges et de réflexions entre professionnel.le.s et militant.e.s du monde carcéral. Le GMP se réunit chaque premier mardi du mois autour d’un thème nouveau, à Paris. L’agenda Démosphère recense le rendez-vous chaque mois.

Les Mort.e.s de la prison est à la fois un collectif et un événement. Chaque année, le Genepi, la Cimade, la Farapej, le Secours Catholique, les Petits frères des pauvres et David et Jonathan, mettent en lumière les mort.e.s de l’ombre afin de leur rendre hommage-femmage, et de sensibiliser et questionner sur le suicide, la violence, la maladie, les soins, la vieillesse et le deuil en détention.

Le collectif Justice-Prison est composé de 26 organisations, dont le travail est notamment d’interpeller vigoureusement les parlementaires quant à la situation d’urgence politique que constitue la prison. Le collectif tient une chaîne YouTube à son nom.

L’OEE Observatoire de l’enfermement des étrangers, sensibilise aux conditions d’enfermement des personnes étrangères et à la violation de leurs droits fondamentaux. Pour le Genepi, membre depuis 2013, les Centres de Rétention Administratives sont des prisons, autrement nommées. Ce partenariat s’inscrit par ailleurs dans l’objectif de convergence des luttes du Genepi.

Le Cnajep Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire, réunit 70 mouvements nationaux de jeunesse et d’éducation populaire. Il assure leur représentation auprès des pouvoirs publics et au sein d’instances paritaires ou inter-associatives.

Le CAC Collectif des Associations Citoyennes, lutte contre l’instrumentalisation et la réduction des associations à leur seule dimension commerciale et défend la contribution des associations à l’intérêt général et à la construction d’une société solidaire, durable et participative.