Single Blog Title

This is a single blog caption
Coup de gueule

Kamel Daoudi plus long assigné à domicile de France vient d’être incarcéré

Kamel, qui a déjà subi plus de 12 années de privation de liberté en assignation forcée à résidence avec plus de 3 pointages obligatoires par jour au commissariat de sa commune, est maintenant en prison. Kamel subit un acharnement judiciaire et un harcèlement policier depuis maintenant plus de 12 ans. Il vient d’entamer une grève de la faim et de la soif depuis la prison où il est incarcéré.
Kamel a été réincarcéré, car il a dépassé de 30 minutes l’heure de son couvre-feu quotidien, 30 minutes oui, vous avez bien lu. L’acharnement qu’il subit n’a pas de répit, il est guetté sans cesse par les services de police et à la dizaine de minutes de retard, l’alarme retentit. Fiction kafkaïenne en action.
Son pointage quotidien allant jusqu’à 4 fois par jour, l’empêche d’avoir une vie sociale, familiale, de pouvoir travailler, se déplacer. De plus l’Etat français, qui l’a d’ailleurs déchu de la nationalité française, n’hésite pas à le trimbaler de petites communes en petites communes afin qu’il ne sente jamais quelque part vraiment chez lui. Kamel a une femme et 4 enfants, et ne peut pas vivre avec eux. Il se sent étranger dans sa propre famille dit-il dans une interview.
L’assignation à domicilie est une vrai peine de privation de liberté, c’est une peine de prison à la maison (même s’il n’est jamais vraiment chez lui). La peine d’assignation à résidence est aussi désocialisante que d’aller en prison. D’autant que la peine de prison le menace tous les jours, la preuve étant son actuelle incarcération. Pendant toutes ces années, il a été son propre surveillant, a dû intégrer dans sa manière de vivre toutes les contraintes que l’Etat lui impose. C’est une prison mentale pour reprendre ses mots.
L’acharnement de l’Etat contre Kamel doit cesser, l’acharnement de l’Etat contre toutes les personnes assignées à domicile doit cesser.
Liberté pour Kamel !
L’email a bien été copi