Single Blog Title

This is a single blog caption
04/2020. Actu

Comment soutenir depuis l’extérieur et en confinement, les personnes enfermées

Comme vous le savez les prisonnier.e.s font face, plus que jamais, à des conditions dramatiques dans les prisons aujourd’hui à l’heure du Covid-19. Suppression des parloirs et des activités collectives, manque d’information, manque de moyens sanitaires, etc. C’est pourquoi, nous vous proposons ici des actions de solidarité pour leur montrer qu’on ne les oublie pas ! A défaut de pouvoir organiser des parloirs sauvages ou d’autres actions qui nécessitent de sortir, il y a quand même plein de choses utiles à faire depuis chez soi. Bien sur la liste n’est pas exhaustive. Il n’y pas une manière de soutenir mais plein, selon ses capacités, sa créativité, ses envies.

 

**PRISONS**

  • Écrivons des lettres

Bien sûr, comme avant le confinement, il est possible d’écrire des lettres aux personnes détenues, cependant il semblerait que le service postier soit bien ralenti. Si le courrier ne peut pas être envoyé/reçu de suite, vous pouvez toujours écrire les lettres et les envoyer quand le confinement sera levé. Les lettres permettent aux prisonnier.e.s de passer le temps, et surtout de garder contact avec le monde extérieur.

Quelques conseils : la plupart des courriers envoyés ou reçus par les personnes détenues font l’objet d’un contrôle par l’administration pénitentiaire, prenons ça en note. Aussi, pensez si vous pouvez, à mettre dans votre enveloppe avec votre lettre, un autre timbre et une autre enveloppe (et bien sur votre adresse) si vous voulez que votre correspondant.e vous réponde. Il n’est pas toujours évident de trouver des timbres en taule. Pour écrire à une personne détenue, vous devez naturellement indiquer l’adresse du centre pénitentiaire, voici un annuaire des adresses de tous les centres pénitentiaires de France ; mais ce n’est pas tout, vous devez aussi indiquer le nom et le prénom de la personne détenue, ainsi que son numéro d’écrou si vous l’avez.

Si vous connaissez le nom d’une personne ainsi que la taule où elle est détenue, vous pouvez aussi toujours essayer d’appeler l’accueil téléphonique du centre pour demander son numéro d’écrou ou envoyer sans numéro d’écrou. Si vous ne connaissez personne en taule, certaines personnes ont volontairement donné leur numéro d’écrou publiquement telles que Fabrice Boromée, écrou N°638, MC QI- 5 rue Droux, 62880 Vendin-le-vieil ou Lionel Cardon N°écrou : 2789 – Cellule : 230 -Bat : B Centre de Détention de Lannemezan Rue des Saligues, 65300 Lannemezan. Aussi des sites ici et ici regroupent quelques numéros d’écrou de GJ incarcéré.e.s. Mais bien sûr il n’y pas qu’eux.elles. Vous pouvez aussi écrire des lettres anonymes et demandez des numéros d’écrou à l’OIP ou l’Envolée journal mêmes si vous ne connaissez pas vos correspondant.e.s.

 

**CRA**

La situation dans ces prisons pour sans papiers, comme dans toutes les autres en France, est très dure : parloirs fermés, gros problèmes sanitaires, incertitude, maintien de l’activité des CRA alors que les frontières sont fermées.

  • Appelons les cabines téléphoniques

Vous pouvez appeler les cabines téléphoniques dans les CRA pour témoigner de votre soutien ! A la différence des taules, tout le monde peut discuter avec les prisonnier.e.s en CRA en appelant la cabines, les numéros sont ici. Si vous ne l’avez jamais fait et que vous vous demandez quoi dire, voilà quelques idées. Cet article donne des billes sur la démarche à suivre, y jeter un coup d’œil avant peut être utile. Si vous le souhaitez, vous pouvez envoyer les infos à la suite de votre échange à abaslescra@riseup.net (combien de personnes reste-t-il dans le CRA ? Y a t-il des libérations régulières ? est-ce que les demandes de mise en liberté sont acceptées par le juge ? quelle est la situation dans le CRA ? etc)

  • Harcelons les préfectures pour exiger la fermeture des CRA

Une initiative a été lancée qui consiste à envoyer massivement des mails aux préfectures ! Cela permet de montrer qu’on est au courant de ce qui se passe à l’intérieur des CRA et qu’on est toujours là ; c’est aussi une manière de ralentir leur sale travail en saturant leurs boites mails ! La proposition est la suivante : envoyer un mail aux pref avec le texte écrit dans l’article. L’idée est de reproduire l’envoi de ces mails TOUS LES JOURS de 11H à 12H !

  • Appelons l’administration des CRA

On peut aussi appeler en masse les numéros de l’administration des cra, pour leur faire savoir qu’on ne les aime pas et qu’on sait ce qui se passe dans les centres. Numéro de Mesnil-Amelot : 01 60 54 40 60 ou Vincennes : 01 43 53 79 00.

 

**PLUS LARGEMENT**

  • Visibilisons notre soutien et notre rage aux fenêtres

Très facile à faire, crions à 20h tous les jours à nos fenêtres et balcons notre soutien aux personnes enfermées et exigeons leur libération ! Avec une cuillère, une casserole, du son, une trompette, un triangle, une pancarte, nos voix pour crier, chanter, faire du bruit et montrer notre détermination et notre solidarité ! Accrochons des banderoles et écrivons partout que les CRA et taules doivent être fermés maintenant et pour toujours !

Ce samedi 18 avril à 18H (un mois après l’arrêt des parloirs et la privation des visites), et tous les jours qui suivent faisons du bruit pour les prisonnier.e.s. Un événement a été créé à l’occasion.

Pour les messages de soutien aux prisonnier.e.s des CRA, vous pouvez envoyer vos photos à anticra@riseup.net.

  • Parlons-en autour de nous

Vraiment pas très coûteux, mais très efficace pour faire passer un message. Parlez autour de soi des situations dramatiques dans les prisons, CRA et autres lieux d’enfermement, ça permet de visibiliser leur situation et leur lutte. Plusieurs collectifs, asso font un gros travail pour relayer la parole des personnes détenu.e.s., mais ça ne suffit pas visiblement à alerter les pouvoirs publics. En parler à ses ami.es, famille, ça compte ! Si vous avez besoin d’info pour vous informer, vous pouvez jeter un coup d’œil par exemple sur l’Envolée journal, A bas les cra, Prison insider, l’Observatoire international des prisons, Au delà des murs des prisons, notre page facebook etc.

 

Montrons aux prisonnières et prisonniers qu’i.elles ne sont pas oublié.e.s !
Montrons notre solidarité à toutes les personnes enfermées dans les prisons, les CRA et autres lieux de privation de liberté en France et ailleurs.
Et surtout, cramons la taule.