GENEPI : Groupement Etudiant National d'Enseignement aux Personnes Incarcérées
Identifiez-vous
Mot de passe oublié?

Contacts

Accueil > L'association > Nos partenaires

Nos partenaires

Les membres d'honneur

Lionel STOLERU

Fondateur du Genepi, Lionel Stoléru est ancien Secrétaire d'Etat et conseiller du Président de la République Valéry Giscard d'Estaing. Sa volonté était de créer une association d'étudiants oeuvrant à la réinsertion des personnes incarcérées. Depuis la création du Genepi, il est resté un soutien fidèle de l'association.

 

Robert BADINTER

Ancien avocat, Robert Badinter est devenu Garde des Sceaux en 1981. Il s’est installé dans la mémoire collective française comme l’homme étant parvenu à faire abolir la peine de mort. Dans son ministère, il n'a cessé de s'intéresser à la question carcérale, notamment en libéralisant la vie quotidienne des personnes détenues.

 

Antoine LAZARUS

Ancien membre du GIP (Groupe d'Information sur les Prisons), Antoine Lazarus a longtemps exercé la fonction de médecin à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Longtemps Président de l'OIP (Observatoire International des Prisons), il anime aujourd'hui régulièrement des soirées de réflexion autour de la prison.

 

Gabriel MOUESCA

Militant des luttes anticarcérales, Gabriel Mouesca a connu la prison en tant qu'indépendantiste basque. Ancien Président de l'OIP (2004-2009), il a mené plusieurs missions "Prison" dans diverses associations. Il oeuvre aujourd'hui à l'aide au retour de prisonniers basques.

 

 


 

Les Anciens du Genepi

L’association des Anciens du Genepi vise à continuer à soutenir le Genepi, tout en restant informé-e-s des évolutions du monde pénitentiaire. Les capacités d’action du Genepi en seront démultipliées et ainsi la réinsertion des personnes détenues renforcée.

 

L'association se propose d'aider financièrement le Genepi. Cet enjeu est particulièrement nécessaire dans un contexte où la réduction des subventions publiques risque d’entraver la croissance du Genepi. 

Pour atteindre cet objectif, la moitié des sommes collectées au titre des cotisations versées par les adhérents de l’association des Anciens du Genepi sont automatiquement reversées au Genepi.

Les Anciens peuvent constituer des relais d’opinion pour augmenter l’audience du Genepi lorsqu’il fait des interventions publiques, comme cela a par exemple été le cas pendant les débats autour du projet de loi pénitentiaire de 2009.

L'association souhaite aussi soutenir le Genepi dans ses actions d’Information et de Sensibilisation du Public (ISP) et dans les formations organisées en direction des nouveaux Genepistes en lui apportant les compétences de personnes travaillant toujours en lien avec les questions carcérales et judiciaires.

Au-delà du lien avec l'association Genepi, les Anciens aimerait maintenir un lien entre ses bénévoles et l'actualité carcérale. Cela peut prendre la forme de conférences spécifiquement en direction des membres de l’association des Anciens, en faisant appel soit aux compétences/connaissances des membres de l’association soit à des personnes extérieures.

 

CONSULTEZ LE SITE DES ANCIENS DU GENEPI

 

 


 

Les partenaires associatifs

Le Groupe National de Concertation Prison

Le GNCP réunit, depuis 1996, les représentants nationaux d'associations et des aumôneries de prison afin qu’ils échangent sur leurs préoccupations communes. Fort de la diversité et de l'action de terrain de ses membres sur l'ensemble de la France, le GNCP initie des campagnes de sensibilisations inspirées d’une réflexion commune sur certains sujets d'actualité. Il coordonne les Journées Nationales Prisons (JNP), qui se tiennent pendant une semaine au mois de novembre, dans les villes où il existe un GLCP ou un Collectif Prison.

Les membres du collectif : l'ANVP, les aumôneries catholique, protestante et musulmane, la Cimade, la Croix-Rouge Française, la FARAPEJ, le Secours Catholique, la FNARS, l'UFRAMA et le Genepi.
 
 

Le Collectif Liberté, Egalité, Justice

Ce collectif, fondé en mars 2008 par de nombreuses organisations et des citoyens, avait pour ambition de lutter "contre la régression sécuritaire" pour "renouer avec la liberté, l'égalité et la justice". Il s'est notamment activement battu contre la répression de la contestation sociale, contre la loi LOPPSI 2 en 2010 ou contre "la mort annoncée de la justice des mineurs" en 2011. L'immobilisme du gouvernement en matière pénale, malgré les engagements et annonces du président de la République et de la garde des Sceaux, a conduit plusieurs membres du collectif à annoncer la réactivation du CLEJ pour appeler et parvenir à la mise en place "d'une politique pénale audacieuse".

Les membres du collectif : la LDH, la CGT, le SNEPAP-FSU, l'OIP, le SNPES-PJJ-FSU, l'AFC, l'USP, le SNUCLIAS-FSU, le Syndicat de la magistrature et le Genepi.

 

L'Observatoire de l'Enfermement des Etrangers

La prise de position de 2012 "Les voies du décloisonnement" engageait le Genepi à prendre contact avec les associations intervenant en centre de rétention administrative. Le Genepi a donc rejoint l'OEE à la rentrée 2013. Plusieurs réunions sont organisées au sein du collectif pour partager nos expériences et adopter une position commune face aux partenaires institutionnels. L'OEE organise tous les deux mois des réunions publiques destinées à ouvrir la réflexion critique du grand public sur les politiques migratoires.

Les membres du collectif : l'ANAFEl'ACATl'ADDEle COMEDEEmmaüs Francela FASTIle GISTIla Cimadela Ligue des Droits de l'Hommele MRAPl'Observatoire de Palaiseaule Syndicat de la Magistraturele Syndicat de la médecine généralele Syndicat des avocats de France et le Genepi.
 
 
 

 

Les partenaires institutionnels

Le Ministère de la Justice

Initialement totalement dépendant du Ministère de la Justice, le Genepi a peu à peu autonomisé son fonctionnement. Aujourd'hui des protocoles et conventions lient l'association avec la direction de l'administration pénitentiaire et la direction de la protection judiciaire de la jeunesse. Ce sont ces textes qui fixent le cadre de nos interventions quotidiennes dans leurs établissements.

Ce lien n'ampêche pas le Genepi de tenir un discours critique envers les politiques mises en oeuvre. Le soutien financier ou technique ne doit pas empêcher l'association de formuler des réserves sur les méthodes et règles de fonctionnement des institutions carcérales.

 

Le Contrôle Général des Lieux de Privation de Liberté

Le Contrôle Général des Lieux de Privation de Liberté est une autorité administrative indépendante instituée par la loi du 30 octobre 2007. Il a pour mission de veiller au respect des droits fondamentaux dans tous les lieux où des personnes sont privées de liberté (prison, centre de rétention, locaux de garde à vue, hôpitaux psychiatriques).

Le lien entre le CGLPL et le Genepi est primordial. Peu d'acteurs de la société civile peuvent entrer en détention et témoigner des conditions d'enfermement. Il est donc du devoir de chaque bénévole de transmettre toute information rendant compte de la violation des droits de l'Homme.

 

Le Défenseur des Droits

Le Défenseur des droits est une autorité constitutionnelle indépendante. Unique en son genre, elle est chargée de veiller à la protection des droits et des libertés et de promouvoir l’égalité. Elle s'intéresse notamment aux droits des usagers du service public, notamment pénitentiaire.

Parce qu'il le considère comme un acteur incontournable dans la défense des droits des personnes incarcérées, notamment dans leurs relations avec l'administration, le Genepi essaie de travailler régulièrement avec le Défenseur des droits ou de transmettre les contacts des délégués locaux aux personnes que nous rencontrons.

contact-genepi

Contacts

BUREAU NATIONAL

  • 12, rue Charles Fourier
    75013 Paris
  • TEL : 01 45 88 37 00
Tous les contacts

Le Passe Murailles

passe-murailles