GENEPI : Groupement Etudiant National d'Enseignement aux Personnes Incarcérées
Identifiez-vous
Mot de passe oublié?

Contacts

Accueil > Actualités > L’état d’urgence décroche un CDI

L’état d’urgence décroche un CDI

Les parlementaires viennent de voter à une large majorité la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 15 juillet 2017 portant à vingt mois l’application de ce régime supposé exceptionnel. Sous couvert de garantir la sécurité, les représentants privilégient l’inscription dans la durée de cette situation juridique, faisant désormais partie du quotidien, au détriment de la protection des libertés individuelles.

 

Pour qui nous prend-on ?

 

Peu importe le bilan ou l’efficacité de la mesure, la prolongation apparaît aux yeux de l’Etat comme la seule réponse à apporter à la lutte antiterroriste. Sans autre alternative réfléchie, les parlementaires et le gouvernement se contentent de repousser l’échéance indéfiniment. Cette loi est représentative du manque de recul des élus quant à la mise en oeuvre de cette mesure et ses conséquences :

  • des assignations à résidence abusives au regard de leur durée et leur motif, remettant ainsi en cause le principe de présomption d’innocence
  • des perquisitions réalisées de jour comme de nuit attentatoires à la vie privée et familiale pourtant consacrée juridiquement
  • des fouilles de véhicules sans contrôle judiciaire a priori laissant ce pouvoir entre les mains des administrations
  • des interdictions de manifester dénaturant l’utilisation initiale de l’état d’urgence dans le but de faire taire les mouvements de contestation comme pendant la loi travail

 

La banalisation de cette situation s’inscrit dans un contexte sécuritaire de plus en plus prégnant faisant émerger toujours plus de lois néfastes aux libertés individuelles. Le climat de peur ambiant prend le pas sur les choix raisonnés démontrant une fois de plus l’incapacité politique à porter une réflexion sur cette question. Aussi, comment ne pas faire un parallèle entre cette nouvelle échéance et la vocation électorale pouvant en résulter ?

 

Le Genepi, association étudiante oeuvrant au décloisonnement des institutions carcérales, ne peut que contester la décision prise par le pouvoir en place. L’utilisation détournée de l’état d’urgence au préjudice de l’arsenal juridique en vigueur interroge quant à l’expiration, un prétexte pouvant toujours être trouvé afin de prolonger ce régime qui a perdu son exception.

 
contact-genepi

Contacts

BUREAU NATIONAL

  • 12, rue Charles Fourier
    75013 Paris
  • TEL : 09.61.20.31.49
Tous les contacts

Le Passe Murailles

passe-murailles